La grippe aviaire dans l'Hérault
(D'après "La Chasse dans l'Hérault - Avril 2006)

Mesures en vigueur dans le département au 27 février 2006

Les derniers évènements concernant l'influenza aviaire qui a touché la France, ont donné lieu à la publication de nombreux arrêtés ministériels. Voici, en ce qui concerne notre département, les principales obligations qui découlent de ces arrêtés.

  1. Le recensement de tous les détenteurs d'oiseaux est obligatoire dans toute la France par arrêté du Ministère de l'Agriculture du 25 février 2006. Cette déclaration doit se faire en mairie au moyen d'une fiche prévue à cet effet.
  2. Obligation à tout propriétaire d'oiseaux de les confiner en bâtiment fermé qu'il s'agisse de volailles d'élevage ou de basses-cours, de gibier d'élevage ou d'oiseaux d'agréments. Pour les détenteurs de plus de 100 oiseaux, si ce confinement n'est pas praticable:

    • dans les communes signalées en rouge sur la carte, une visite vétérinaire sanitaire doit être effectuée mensuellement avec première visite obligatoire avant le 15 mars 2006,
    • dans les autres communes, une visite vétérinaire doit être effectuée avant le Ier avril 2006.

    Pour les détenteurs de moins de 100 oiseaux, le confinement en bâtiment clos est obligatoire.

grippe-aviaire-herault (73K)

Les précautions à prendre

Compte tenu de la récente extension à la France de l'épizootie de grippe aviaire, les chasseurs sont aux avants postes dans le cadre du réseau SAGIR.

L'influenza aviaire est une maladie virale très contagieuse qui affecte principalement les oiseaux sauvages et domestiques. L'épidémie actuelle est due au virus H5N1, hautement pathogène. Ce virus contamine exceptionnellement l'homme, à l'occasion de contacts étroits et répétés avec les volatiles infestés. Il ne se transmet pas d'homme à homme.

Une question se pose en matière de consommation: peut-on continuer à manger de la volaille ou des oeufs? Oui, car l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) considère que le risque de contamination de l'homme par ingestion de viandes infectées est faible, voire négligeable. Dans l'hypothèse d'une ingestion de viande de volaille ou d'oeufs contaminés ou crus, le virus serait, selon l'AFSSA, détruit par l'acidité du liquide gastrique. Mieux vaut cependant redoubler de précautions et bien faire cuire les volailles. Car le virus ne supporte pas les hautes températures (60° pendant 5 minutes). On ne court donc aucun danger à consommer de la volaille correctement cuite.

Les réponses à vos questions

Ce sont des chasseurs qui ont trouvé les canards sauvages atteints de grippe aviaire dans le département de l'Ain et ont donné l'alerte. En effet, depuis 1986, les fédérations de chasseurs assurent un maillage du territoire en matière de surveillance des mortalités de la faune sauvage dans le cadre du réseau national SAGIR.

La fédération des chasseurs de l'Hérault est naturellement intégrée dans ce réseau qui, depuis quelques temps, est en alerte maximum de prévention des risques contre la grippe aviaire. A ce titre, voici les réponses aux principales questions que se posent nos lecteurs.

Que faire si vous découvrez un oiseau mort?

En toute circonstance, toute personne qui voit ou trouve un oiseau mort ne doit pas y toucher.

Pourquoi?

Parce que la grippe aviaire est une maladie virale hautement pathogène qui peut contaminer l'homme a l'occasion de contacts étroits avec les volatiles infestés.

Quelle est donc l'attitude à adopter?

Il faut immédiatement informer la Fédération départementale des chasseurs ou les services départementaux de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, en précisant le lieu et si possible l'espèce concernée. Pour cela un seul numéro de téléphone le 04 67 34 29 91. Pour un oiseau domestique téléphonez au 04 67 34 29 74.

Que se passe-t-il ensuite?

Dans le cadre du réseau SAGIR, la fédération de l'Hérault et I'ONCFS sont chargés de surveiller les pathologies de la faune sauvage. A ce titre, nous disposons de personnes formées pour récupérer-les animaux morts et faire procéder aux analyses de laboratoires qui s'imposent.

Que faites-vous du cadavre de l'oiseau?

Nous l'acheminons au Laboratoire vétérinaire départemental qui pratique une autopsie. Si cette dernière ne permet pas d'établir une cause évidente de la mortalité (mort naturelle, accident, empoisonnement, électrocution, présence de plomb de chasse dans le corps...), le Directeur départemental des services vétérinaires décide de procéder à une investigation complémentaire portant sur la grippe aviaire. Des prélèvements sont réalisés sur l'oiseau mort et sont envoyés vers un laboratoire agréé pour les recherches virales.

Pour en savoir plus, le site officiel: www.grippeaviaire.gouv.fr

Retour haut de page


Pharmacie des Sources
Croix Pharmacie des Sources
Cliquez sur le Caducee pour connaître son origine